La douleur, elle fait partie du quotidien de pas mal de malades, surtout de ceux qui se retrouvent sur mon blog, et même de ceux qui ont juste mal au ventre de temps en temps. Il existe des façons, plus ou moins naturelles, de la réduire. Je les liste ici. Attention, si vous souffrez, consultez votre médecin. La douleur est un signal d'alarme, sauf dans la douleur chronique.

  1. Les antalgiques

Évidemment, c'est notre premier réflexe quand il s'agit d'avoir moins mal. Les antalgiques soulagent, mais sont soumis pour une grande partie à prescription médicale. Dans la liste des médicaments que vous pouvez prendre sans ordonnance, il y a le paracétamol (doliprane), les antispasmodiques (spasfon) et les anti-inflammatoire (il en existe des tonnes). Attention, c'est pas parce que ce n'est pas soumis à prescription médicale que vous pouvez faire n'importe quoi. Le paracétamol est toxique pour le foie et les anti-inflammatoires sont toxiques pour les reins. Ne dépassez jamais la dose limite et parlez en à un médecin si vous devez en prendre plus d'une semaine. Ensuite, le palier supérieur, c'est la codéine et le tramadol. Ce sont deux dérivés de la morphine, la codéine étant moins forte que le tramadol. Ils sont exclusivement soumis à ordonnance et sont là pour traiter les douleurs récalcitrantes qui ne passent pas aux antidouleurs moins forts. Ils sont addictifs et ont des effets secondaires non négligeable. Quand on a trop mal pas le choix... Ça c'est ce qu'on prend à la maison. Ensuite il y a le nubain très proche de la morphine qui se met en perfusion à l'hôpital, si malgré tout ça vous avez vraiment trop mal. 

  2. La bouillotte 

Ça, c'est ma meilleure amie. Il en existe des tas qui se mettent simplement au micro-onde et qui peuvent vraiment aider à soulager les crampes, les douleurs musculaires... Le froid peut aider pour les douleurs articulaires.

  3. La sophrologie et la relaxation 

Sans médecin, ce que vous pouvez faire chez vous c'est bien respirer (l'application Prana Breath est juste géniale pour ça), écoutez de la musique, qui a d'ailleurs un effet analgésique sur le cerveau, allongez vous ou asseyez vous, faites une respiration ventrale et détendez vous. La crispation augmente toutes les douleurs.

  4. Se distraire 

Il est essentiel de détourner son attention de la douleur. Ça peut être en regardant une série que vous aimez bien, si possible en VOSTFR pour augmenter son pouvoir distractif, en lisant votre bouquin préféré ou en écoutant de la musique, aucune importance. Le tout c'est de ne pas rester à fixer son plafond en ressassant sa douleur et en restant plié.e en deux. 

 5. Connaitre ses limites. 

Il est important de savoir écouter son corps et ses limites. Si vous avez trop mal, arrêtez vous. Prenez un arrêt maladie, allez à l'infirmerie du lycée, faites une pause. Demandez de l'aide à vos proches et ménagez vous.


Voilà, ce sont les méthodes que je connais et que j'applique et qui donc marcherons particulièrement bien pour les maux de ventre/de rein. N'hésitez pas à consulter dans un centre de la douleur si cette douleur s'éternise et qu'elle devient handicapante et à constituer un dossier à la MDPH pour avoir une reconnaissance travailleur.euse handicapé.e afin d'aménager votre travail et une carte de priorité. J'espère que cet article pourra aider quelques uns et n'hésitez pas à donnez vos astuces en commentaires !